Moto, Septembre 2009. La moto comme autoportrait (Extrait)

La cinquantaine sonnée, les tempes un peu claires, je roule sur une Allemande, la quatrième dans ma carrière de biker – une BMW K1200S. Cette machine accorte et canaille née à l’usine de Spandau, près de Berlin, ne me comble pas vraiment, même si elle me ravit. D’un côté, de très hautes performances, un châssis dynamique, une plastique singulière et originale. De l’autre, son sérieux, l’austérité qui en transpire en dépit de son avant martial, de sa poupe en forme de dard d’abeille et de son flashy coloris jaune et noir …
Pas une moto de jeune, et pas non plus une moto de vieux, pas une moto des débuts et pas plus une moto de fin de vie de biker. Plutôt, une curieuse machine que l’on peut conduire fatigué ou pétant de santé, dans le sentiment de la clôture des choses comme dans celui des initiations, avec raison autant qu’avec passion. Une machine à la fois surpuissante et domptable, aussi sophistiquée que sauvage, raffinée mais brutale, normée oui mais exubérante oui aussi. La moto de ma cinquantaine me fait l’effet de symboliser l’équilibre, qui fascine et vous laisse sur votre faim. Comme un emblème de la maturité, valorisant mais conventionnel. Quelle sera la prochaine ?

Moto

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s