Jacques Coulais Pictor Maximus

Paul Ardenne
Jacques Coulais Pictor Maximus
Mercredi 16 mars, 18h
Head – Genève, Bd James-Fazy 15, auditoire

A l’occasion de l’exposition Painter : Jacques Coulais – Ali Kazma (Galerie Analix Forever, Genève), la Head – Genève a le plaisir d’accueillir Paul Ardenne pour une conférence consacrée au peintre Jacques Coulais – dont il suit le travail depuis plus de trente ans – et une interrogation plus générale sur la peinture.
Conférence organisée en collaboration avec la galerie Analix Forever.

Plus qu’un acte d’intelligence (Luc Tuymans : « On ne peut pas faire de peinture idiote »), plus qu’un acte anachronique (John Currin, la peinture est un vieux médium dans une société de communication où elle ne prend plus rang d’expression majeure), plus qu’un acte de « vérité » (Cézanne, Derrida), la peinture est un acte de gestion du temps – temps vécu lorsque l’on peint, temps avec lequel on doit composer lorsque l’on peint, temps qui revient à vous et qu’active ou réactive la peinture quand on la contemple. La peinture très singulière de Jacques Coulais amènera dès lors le conférencier à offrir l’équivalent d’une grille d’évaluation originale à la peinture, en posant pour principe que le plus grand peintre n’est pas le plus habile, le plus impressionnant par ses formats ou le plus séducteur, mais bien celui qui se fait le maître du temps. Coulais est, à cet égard, un peintre notoire. La peinture de Jacques Coulais pose également, et de manière très intense, la question du geste pictural et de la position du corps dans la peinture, des questions qui seront abordées de manière à la fois littéraire et personnelle par Paul Ardenne qui appelle à « s’immerger de soi-même dans la peinture, faire de son corps entier une œuvre d’art, un instrument qui rende hommage à la pratique millénaire que représente l’acte de peindre ». Pour conclure qu’« il faut aimer l’art, parce qu’il nous dit que nous existons et parce qu’il nous raconte l’histoire dans laquelle nous sommes, nous les êtres du temps qui sera un jour perdu. Car si l’art est aimable, ce n’est pas parce qu’il nous endort avec ses sortilèges, ou nous grandit en tant qu’humains à force de subtilité. Plutôt, c’est parce qu’il a le pouvoir de rendre plus dense notre passage dans ce temps que nous nous destinons à perdre d’un bloc, à l’heure de notre mort ».

A l’issue de la conférence de Paul Ardenne, les Editions Take5 présenteront le livre Jacques Coulais Pictor Maximus publié à l’occasion de la première exposition de l’artiste à Genève.

Painter, Jacques Coulais – Ali Kazma
Exposition à partir du 18 mars 2011
Vernissage le 17 mars 2011 à 18h.

Analix Forever
25, rue de l’Arquebuse
1204 Genève
www.analix-forever.com

Advertisements

One response to “Jacques Coulais Pictor Maximus

  1. Bonjour,
    Nous publions une chronique sur votre livre Moto notre amour : http://www.blog-laprocure.com/tag/paul-ardenne/

    Nous souhaiterions prendre contact avec vous.

    Bien cordialement,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s