Un dimanche, une oeuvre

Dimanche 23 novembre, Paul Ardenne au Centre Pompidou

UN DIMANCHE, UNE ŒUVRE

10 INCH LINE SHAVED ON THE HEADS OF TWO JUNKIES WHO RECEIVED A SHOT OF HEROIN AS PAYMENT

San Juan de Puerto Rico, Puerto Rico, October 2000. Video Still. 

DIMANCHE À 11H30, PETITE SALLE, NIVEAU –1

SANTIAGO SIERRA – LINEA DE 10 PULGADAS, 2000

Santiago Sierra (Espagne, 1966) est l’auteur d’actions artistiques dénonciatrices que fonde le principe de l’estetica remunerada, l’« esthétique rémunérée ». En 2000, il échange ainsi avec deux toxicomanes un fix d’héroïne contre l’autorisation de raser une partie de leurs cheveux. Cette action a aussi un écho antimoderniste, récurrent chez cet artiste « hardcore », elle détourne les usages de l’art corporel vers la question de l’exploitation humaine.

L’œuvre de Santiago Sierra, dans sa totalité, apparaît comme un exercice permanent de provocation – mais alors une provocation véritable, non pas un succédané de Protest Art ou un art engagé gentil mis au service du consensus, de la bien-pensance et de la culpabilité du Petit Bourgeois Planétaire. Dans une synagogue devenue espace d’exposition, en Allemagne, il réalise un remake du Vide d’Yves Klein mais en emplissant le volume de gaz d’échappement de camions. À deux coudées du détroit de Gibraltar, ce cimetière marin pour migrants malchanceux, il fait creuser par des clandestins des dizaines de tombes alignées. Santiago Sierra interroge à la fois l’histoire de l’art, revisitée à sa manière brutale, et la perception de l’œuvre d’art à l’ère de la mondialisation, celle à la fois, de l’éminence centralisatrice de l’Occident et de la multipolarité « noccidentale ».

Paul Ardenne est historien de l’art, écrivain et commissaire d’expositions, maître de conférences à l’UFR Arts d’Amiens, auteur de “Art, le Présent”, le présent (Regard, 2009) et collaborateur des revues Art Press et Archistorm.

Un dimanche, une œuvre : Ces conférences sont l’occasion de porter un regard approfondi et singulier sur une œuvre choisie par un artiste, un conservateur, un écrivain, un historien ou un critique d’art dans les collections du musée national d’art moderne. Elles sont accompagnées d’une documentation visuelle se rattachant au contexte historique et à l’analyse de l’œuvre. Tarif : 4,5 €, tarif réduit 3,5 €, gratuit avec le Laissez-passer.

This email was sent to *|EMAIL|*

why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences

*|LIST:ADDRESSLINE|*

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s