Author Archives: webmaster

Art in the Public Space, a Genealogy, a Reality

BEIRUT ART FAIR 2018
Conference and Roundtable Discussions
Thursday September 20, 2018

International Exhibition & Leisure Center in Beirut, Lebanon

4:30pm – 05:30pm: “Collectionner”

Moderator: Marine Bougaran, Cultural Development & Projects Manager BEIRUT ART FAIR
Panelists:
Joumana Asseily, Gallery owner “Marfa’ “, Lebanon, and Art collector
Florence Bourgeois, Fair director “Paris Photo”, France
Abraham Karabajakian, Art collector
Tarek Nahas, Curator of “Across Boundaries”, Art collector
(This talk will be held in French)

6pm – 7pm: “Art in the Public Space, a Genealogy, a Reality” by Paul Ardenne*, organized by Art in Motion

* Paul Ardenne (FR) is an art historian and a writer. He is the author of numerous books on contemporary creation, notably in relation to the topic of this conference: L’Art dans son moment politique (1999), Un Art contextuel (2002), Extrême – Esthétiques de la limite dépassée (2006) and Art, le présent (2009).

(This lecture will be held in English)

For more information, click here

Advertisements

INTERROGER LA LIBERTÉ DE CRÉATION ?

CONFERENCE / DEBAT
Samedi 15 septembre de 15H à 18H
128 rue de LaFayette – 75010 PARIS
L’objet de cette rencontre autour de Petr Pavlensky, actuellement incarcéré à Fleury-Mérogis pour son action artistique “Éclairage” (oct. 2017), est d’interroger la question de la liberté créative. Cette liberté est moins garantie que jamais, en France notamment, où l’on constate un double discours institutionnel. En paroles, la défense de la liberté et de la dignité des artistes. Dans les faits, une culture démagogique et ennemie du risque et de l’audace?
Avec Paul Ardenne – historien et écrivain
Stéphane Chatry – directeur de l’association Artivism Contemporary Art
Frank Perrin – Artiste
Marie-Françoise Verdun – Magistrate honoraire
Pierre Lautier – Avocat spécialisé en droit d’auteur
En savoir plus, ici

1541 : le “Jugement dernier” de Michel-Ange, une oeuvre digne d’un bordel ?

L’Anachronique culturelle | Premier épisode du nouveau podcast natif de Mathilde Serrell, envoyée spéciale dans le passé pour nous faire revivre en direct les grands chocs esthétiques de l’histoire des arts et de la culture comme si nous y étions. Direction la Chapelle Sixtine au XVIe, pour un scandale pictural.

En savoir plus sur le site de France Culture, cliquer ici

L’URBANISME DU XXIe SIÈCLE – CIVILISER LA VILLE, SI POSSIBLE ET SANS ILLUSIONS / ARCHISTORM #92

Pour accéder au PDF, cliquer ici

Image

L’ŒUVRE D’ART CONTEMPORAIN EST ELLE UN PRODUIT ?

VIDEO FOREVER 36 *RÉSISTANCES À LA MARGE*

Natura Loci en Haute-Gaspésie

Natura Loci, la « nature du lieu » : ces deux termes mariés renvoient par analogie au concept de Genius Loci, de « génie du lieu ». Tout comme chaque lieu, chaque endroit, chaque place ont leur « génie » propre, propice à les distinguer, il en va de même pour ce qui est de leur « nature ». S’intéresser à la « nature » du lieu (plus qu’à son « génie » réel ou supposé) suppose toutefois que l’on s’éloigne du préjugé et de toute approche sublimée. Pour se concentrer, au plus près, sur le lieu lui-même : ses spécificités multiples, son paysage, son cadre de vie, sa population.

« Natura Loci »– l’exposition – prend place au creux d’un village de Haute-Gaspésie, Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine, signalé par son caractère fort.

La Haute-Gaspésie, territoire dur, malmené par le climat, est un univers où la vie s’enracine avec ferveur mais aussi avec difficulté. Un tiers des habitants, depuis trente ans, ont quitté Sainte-Madeleine, bourgade typique de la vie gaspésienne et de ses rigueurs. Si l’activité économique y demeure notoire (bûcherons, sciage du bois, chasse, pêche, tourisme), elle n’est pas sans connaître des aléas et des tensions, au risque de la déshérence. Ce territoire, loué volontiers pour sa beauté supérieure (la « nature » y est triomphante, sauvage, omniprésente), est un rocher auquel l’homme s’accroche de haute lutte. Ici plus qu’ailleurs, il ne faut pas se suffire du « paysage » mais, plus intensément, le vivre, l’expérimenter.

Avec « Natura Loci », le Magasin Général Studio international en création multidisciplinairede Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine met en valeur les créations plasticiennes de trois artistes en résidence, en amont de l’exposition elle-même, Patrick COUTU,Michel DE BROINet Séverine HUBARD, deux Canadiens et une Française donc, pour les convier à travailler à partir du territoire local. Une invitation a également été faite à l’artiste new-yorkaise Janet BIGGS, récente lauréate d’un Guggenheim Award, afin de présenter sa vidéo Warning Shot, une alerte contre le réchauffement climatique et la dégradation environnementale qui affecte notre Planète.

La nature, le paysage, le présent, la mémoire, la vie matérielle, tout ici est prétexte à création, à « artialisation », au terme d’une période de proximité mettant l’artiste au contact du lieu et de ses habitants. Les artistes invités (à l’exception de Janet Biggs, dont le propos est plus universel, quoique non désolidarisé des problèmes que connaît la Haute-Gaspésie) œuvrent à partir du contexte local et en fonction de celui-ci. Une interrelation entre la création et le lieu est attendue, justifiant le principe de la résidence. L’art échange avec l’environnement gaspésien, et vice-versa.

En savoir plus, ici