Category Archives: Photographie

Paul Ardenne “Helmut Newton, le masculin photographique”

éditions Louison, coll. “Dissidents” dirigée par Guillaume de Sardes. Parution : juin 2022

Que reste-t-il de l’œuvre d’Helmut Newton, le plus célèbre des photographes du corps féminin? Jusqu’à sa mort, en 2004, il fit scandale avec ses nus provocateurs et fétichisés, ses mises en scène fantasmées de bordel pour riches et son assujettissement à une esthétique glamour subtilement poussée aux limites du vulgaire. Mais le temps a passé, l’œil s’est habitué aux images équivoques, la pornographie s’est banalisée. Fin de l’histoire ? On discerne mieux, à présent, quel héritage que nous laisse le théâtre iconographique de Newton riche de sa légion de femmes invariablement dominatrices : le portrait en creux d’une masculinité sûre de ses repères, d’avant le « trouble dans le genre », telle que la modernité finissante en écrit le récit non encore biaisé de toutes parts. La fin d’un temps. Newton, plus qu’il ne photographie des femmes, scénographie les jeux complexes de la virilité avec son sujet d’élection et de toujours, la femme servie sur un plateau, rendue disponible, nécessaire, malléable, utile. Cette pratique ostensiblement masculine de l’art n’est pas ennemie de la féminité. Amie-ennemie et complice-maîtresse, elle célèbre le féminin pour mieux garantir et réassurer le masculin, assumé, en dépit des apparences, comme une position de force.

https://www.lalibrairie.com/livres/helmut-newton-le-masculin-photographique_0-8756636_9791095454502.html?ctx=f8d34a80012eb57bdeabc064ce30e1eb

CONVERSATION AVEC PAUL ARDENNE

30.06.2022 • 20h / Rencontre / Conversation – Villa Sauber

Nocturne, accès gratuit à l’exposition de 19h à 21h

L’historien de l’art Paul Ardenne, auteur d’une quarantaine d’essais, dont Newton, le masculin photographique (2022), discutera de l’exposition « Newton, Riviera » avec son commissaire, Guillaume de Sardes.

Paul Ardenne est critique d’art, muséologue, commissaire d’expositions et écrivain, spécialisé dans le domaine de l’art contemporain, de l’esthétique, de l’art vivant et de l’architecture. Parallèlement, Il enseigne l’histoire de l’art contemporain à l’université d’Amiens.

Guillaume de Sardes est écrivain-photographe, historien de l’art et commissaire d’exposition. Son travail artistique explore les rapports texte / image, à travers les thèmes de l’intime, de l’errance et la nostalgie. Il a été exposé en France, notamment à la Maison européenne de la photographie et à la Maison de la culture du Japon, ainsi qu’à l’étranger. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres, dont certains ont été traduits en russe, en anglais ou en allemand. Comme essayiste, il s’intéresse aux artistes radicaux. Il a ainsi déjà consacré des essais biographiques à Vaslav Nijinsky, Jean Genet et R. W. Fassbinder. Il est actuellement chargé du Département développement du NMNM.

La discussion sera suivie à 21h30 par la projection deHelmut Newton, l’effronté (2020) de Gero von Boehm

Dès 19h, Chefko proposera des collations saines, bio et locales. Un large choix de boissons ainsi que des salades, wraps et desserts seront à déguster dans les jardins de la Villa Sauber.

A conversation between Dana Hoey and Paul Ardenne

Dana Hoey, artist, photographer, boxer and Paul Ardenne, art historian and writer, author of L’Image Corps, for Dana Hoey’s solo exhibition “American Smooth” (after Rita Dove) at Galerie Analix Forever (January 2022).

Christophe Beauregard // “Trouble dans le portrait”

Christophe Beauregard Trouble dans le portrait
Vernissage mardi 12 avril 2022, à 18 h
Commissariat : Paul Ardenne

Le photographe Christophe Beauregard investit la Mairie du 10e et présente quatre séries de portraits évoquant tour à tour la désocialisation, le corps voilé, le narcissisme et l’uniformisation de l’image corporelle.

Mairie du 10e Arrondissement – 72, rue du Faubourg Saint-Martin – 75010 Paris

Dossier de presse à télécharger ici
NB : Ne pas tenir compte des dates. Exposition différée pour cause de Covid-19.

“MADE IN INDIA – Rendre singulier l’anonyme” par Paul Ardenne

I’ve Been Loving You Too Long / LOVE STORIES

Paul Ardenne à l’INHA jeudi et vendredi 6 et 7 juin

Jeudi 6 juin de 9h à 17h, journée d’études -LE PEUPLE DES MODÈLES
Statut des corps mis en scène en photographie
Plus d’info ci-dessous et en suivant ce lien

Plaquette_peuple_des_modeles1

Plaquette_peuple_des_modeles2

Vendredi 7 juin 10h, Paul Ardenne. L’art dans le prisme de la frontière, et inversement

Dans un monde globalisé, la notion de “frontière” est en principe obsolète. On sait combien, en réalité, il n’en est rien. La situation dans laquelle nous vivons, eu égard à la “frontière”, nous met en face d’un paradoxe. Jamais les biens, les marchandises et les capitaux n’ont autant voyagé. Mais jamais les hommes, dans le même temps, n’ont ressenti avec autant d’acuité l’existence de “frontières”, et leur persistance non-amendable. Cette thématique, les artistes plasticiens s’en sont saisi, largement. Cette conférence en rend compte.

Programme du Vendredi 7 juin en pdf , ici

Table ronde et projections, Vue d’intérieurs en photographie

Mercredi 1er février à 19h,  Cité de l’architecture et du patrimoine, Palais de Chaillot

La table ronde réunira Paul Ardenne, Monique Eleb,  David Leclerc, Guillaume Le Gall, Didier Mouchel,  Damien Sausset et Laura Serani.

CONFERENCE À LA HEAD, GENEVE

Jeudi 19 novembre 2009 à 15h
Head – Genève, Bd James-Fazy 15, 1201 Genève, auditoire

Photographie de mode
La conférence de Paul Ardenne, historien de l’art et écrivain, spécialiste des représentations du corps sous toutes ses formes (L’image Corps, Figure de l’humain dans l’art du XXème siècle, 2001 ; Extrême, esthétiques de la limite dépassée, Flammarion, 2006) portera sur la photographie de mode, de son apparition historique au début du vingtième siècle, jusqu’à ses expressions les plus actuelles.
Les travaux des plus grands photographes seront commentés : Man Ray (qui a débuté sa carrière de photographe avec le couturier Paul Poiret), Cecil Beaton, Helmut Newton, Guy Bourdin, David Bailey, Louise Dahl-Wolfe, Edward Steichen, Sam Levin, Terry Richardson, Jurgen Teller… et mis en perspective dans une théorie de la mode, à savoir, un travail sur l’exception, la mode étant alors comprise comme signal de l’intelligence d’un temps, comme signe d’excellence.
Seront abordées également les notions de distinction (en référence à Pierre Bourdieu), d’extravagance, de la singularisation du modèle, du glamour comme hyperbole du réel, de l’artificialité comme moyen de dépasser ce réel. Les différences entre photographie de mode documentaire, en studio, et photographie de mode reportage, dans la rue, seront analysées au regard de l’histoire (les frères Seeberger) comme de l’actualité (The Sartorialist) sans exclure la photographie de mode pictorialiste d’un Adolf Gayne De Meyer et ses récurrences actuelles. Avec toujours cette perspective : ne pas réduire la photographie de mode au fait de photographier des mannequins portant des vêtements : l’objectif de la photographie de mode est bien davantage de donner une image du corps en adéquation avec son temps, inséré en lui et qui se sertit de l’époque, comme naturellement inscrit dans l’Histoire.