Category Archives: News

Art in the Public Space, a Genealogy, a Reality

BEIRUT ART FAIR 2018
Conference and Roundtable Discussions
Thursday September 20, 2018

International Exhibition & Leisure Center in Beirut, Lebanon

4:30pm – 05:30pm: “Collectionner”

Moderator: Marine Bougaran, Cultural Development & Projects Manager BEIRUT ART FAIR
Panelists:
Joumana Asseily, Gallery owner “Marfa’ “, Lebanon, and Art collector
Florence Bourgeois, Fair director “Paris Photo”, France
Abraham Karabajakian, Art collector
Tarek Nahas, Curator of “Across Boundaries”, Art collector
(This talk will be held in French)

6pm – 7pm: “Art in the Public Space, a Genealogy, a Reality” by Paul Ardenne*, organized by Art in Motion

* Paul Ardenne (FR) is an art historian and a writer. He is the author of numerous books on contemporary creation, notably in relation to the topic of this conference: L’Art dans son moment politique (1999), Un Art contextuel (2002), Extrême – Esthétiques de la limite dépassée (2006) and Art, le présent (2009).

(This lecture will be held in English)

For more information, click here

Advertisements

INTERROGER LA LIBERTÉ DE CRÉATION ?

CONFERENCE / DEBAT
Samedi 15 septembre de 15H à 18H
128 rue de LaFayette – 75010 PARIS
L’objet de cette rencontre autour de Petr Pavlensky, actuellement incarcéré à Fleury-Mérogis pour son action artistique “Éclairage” (oct. 2017), est d’interroger la question de la liberté créative. Cette liberté est moins garantie que jamais, en France notamment, où l’on constate un double discours institutionnel. En paroles, la défense de la liberté et de la dignité des artistes. Dans les faits, une culture démagogique et ennemie du risque et de l’audace?
Avec Paul Ardenne – historien et écrivain
Stéphane Chatry – directeur de l’association Artivism Contemporary Art
Frank Perrin – Artiste
Marie-Françoise Verdun – Magistrate honoraire
Pierre Lautier – Avocat spécialisé en droit d’auteur
En savoir plus, ici
Image

L’ŒUVRE D’ART CONTEMPORAIN EST ELLE UN PRODUIT ?

Natura Loci en Haute-Gaspésie

Natura Loci, la « nature du lieu » : ces deux termes mariés renvoient par analogie au concept de Genius Loci, de « génie du lieu ». Tout comme chaque lieu, chaque endroit, chaque place ont leur « génie » propre, propice à les distinguer, il en va de même pour ce qui est de leur « nature ». S’intéresser à la « nature » du lieu (plus qu’à son « génie » réel ou supposé) suppose toutefois que l’on s’éloigne du préjugé et de toute approche sublimée. Pour se concentrer, au plus près, sur le lieu lui-même : ses spécificités multiples, son paysage, son cadre de vie, sa population.

« Natura Loci »– l’exposition – prend place au creux d’un village de Haute-Gaspésie, Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine, signalé par son caractère fort.

La Haute-Gaspésie, territoire dur, malmené par le climat, est un univers où la vie s’enracine avec ferveur mais aussi avec difficulté. Un tiers des habitants, depuis trente ans, ont quitté Sainte-Madeleine, bourgade typique de la vie gaspésienne et de ses rigueurs. Si l’activité économique y demeure notoire (bûcherons, sciage du bois, chasse, pêche, tourisme), elle n’est pas sans connaître des aléas et des tensions, au risque de la déshérence. Ce territoire, loué volontiers pour sa beauté supérieure (la « nature » y est triomphante, sauvage, omniprésente), est un rocher auquel l’homme s’accroche de haute lutte. Ici plus qu’ailleurs, il ne faut pas se suffire du « paysage » mais, plus intensément, le vivre, l’expérimenter.

Avec « Natura Loci », le Magasin Général Studio international en création multidisciplinairede Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine met en valeur les créations plasticiennes de trois artistes en résidence, en amont de l’exposition elle-même, Patrick COUTU,Michel DE BROINet Séverine HUBARD, deux Canadiens et une Française donc, pour les convier à travailler à partir du territoire local. Une invitation a également été faite à l’artiste new-yorkaise Janet BIGGS, récente lauréate d’un Guggenheim Award, afin de présenter sa vidéo Warning Shot, une alerte contre le réchauffement climatique et la dégradation environnementale qui affecte notre Planète.

La nature, le paysage, le présent, la mémoire, la vie matérielle, tout ici est prétexte à création, à « artialisation », au terme d’une période de proximité mettant l’artiste au contact du lieu et de ses habitants. Les artistes invités (à l’exception de Janet Biggs, dont le propos est plus universel, quoique non désolidarisé des problèmes que connaît la Haute-Gaspésie) œuvrent à partir du contexte local et en fonction de celui-ci. Une interrelation entre la création et le lieu est attendue, justifiant le principe de la résidence. L’art échange avec l’environnement gaspésien, et vice-versa.

En savoir plus, ici

RECONSTRUCTING EDEN IN HUNGARY

Within the framework of the Art Capital Festival, that is dedicated this year to Nature and Pathway, RECONSTRUCTING EDEN is a video exhibition centered on and echoing with the themes of nature, ecology, in and out of pathways, moving, driving, diving, walking, biking, flowing, sailing – living.

“Ecological art” or “eco-art” are the terms used for creative endeavours that promote the cause of sustainable – and beautiful – natural and human environments. Whatever the form taken by works of this tendency – in our case, video – the goal is to heighten public awareness of the multiple issues we face to maintain inviting environments.

“Walking art” is one form of eco-art that roots in art history long before ecology. In the recent years, walking art has extended as navigating art (Janet Biggs), biking art (Shaun Gladwell, Ali Kazma), driving art (Frank Smith) and more generally, as “exploring art” (Ursula Biemann, Janet Biggs, Violaine Lochu, Miguel Angel Rios, Clare Langan), and floating art (Clare Langan, Gianluigi Maria Masucci). Walking art has multiplied and could henceforth be named “Pathway art”.

Whatever the outlook of eco-art, the role of the “eco-artist” combines the position of friends of the earth and sounders of alarms. A deep humanism defines “eco-art”, inseparable from a revitalised vision of life and a re-founded harmony between humanity and its environment.

With the mesmeric moving images of nine international artists,  “RECONSTRUCTING EDEN” is seeking for this harmony, to be perceived along with the improbable, both ghostly and genuine, harmony between the old stones of the ArtMill in Szentendre and the video images of worlds to come, from “subatlantic” to Planet Mars.

To know more about the event, click here.

Festival Imagine : 1968 – 2018, demain au Centre Pompidou

Samedi 28 avril à 15h20 – Session / Artistes & contestation / Paul Ardenne, historien de l’art ; Gérard Fromanger, peintre ; Camille Louis, artiste et philosophe

Centre PompidouÉvénement public et gratuit

Plus d’informations, ici

Jeudi 15 mars au 22 Visconti

VIDEO FOREVER 35
*IN THE SCREENING ROOM OF MY SLEEPING BRAIN*
Thursday, March 15 – 7 pm
22 rue Visconti, 75006, Paris

VIDEO FOREVER with Point Contemporain
.

While breathing,
we touch this world.

While dreaming,
we create this world.

Noritoshi Hirakawa, 2017.

Dreams keep us busy night and day. There are many diverse ways to sleep and to dream, or not to sleep and to dream. Insomniacs, sleepwalkers, dreamers… we all design the world: dreaming indeed is not (only) an escape or a way to live another life, the life we can’t or won’t live — no, dreaming is an intense activity of sampling, recalling, organizing the millions of images that every day we accumulate in our « screening room ». Deconstruction of stored images, reconstruction of novel realities, creation of surreal, hyperreal images: in the screening rooms of our sleeping brains, movies get produced and forgotten at incomparably faster fate than in Hollywood… Moving dreams become moving images: form science to art. Video art. Moving art.

Those who can still dream do not sleep any more (mounir fatmi). We don’t sleep, we dream !

Join our dreams… with videos by Louidgi Beltrame, Véronique Caye, mounir fatmi, Clare Langan, Lucy Lindsey, Ruth Lingford, Virgile Novarina, Julia Charlotte Richter,  Lily Scherlis, Ornela Vorpsi and more

Thanks to : François Bonenfant ; Janet Biggs ; Philippe Jousse, Jousse Entreprise ; Marcel Marette ; Matt Saunders ; Valérie Toubas et Daniel Guionnet, Point Contemporain ; Les Vitelloni, Paris ; Visconti 22.