Category Archives: Histoire de l’art contemporain

La performance, un genre inusable ? Paul Ardenne à Saint-Pétersbourg

 Vendredi 2 mai 2017
Colloque performance à Saint-Pétersbourg

Hugo Ball lors de sa performance Karawane au Cabaret Voltaire (1916)

La performance, un genre inusable ?

Paul Ardenne

La performance, genre artistique apparu avec le dadaïsme, fête aujourd’hui ses cent ans. Un bilan centenaire s’impose. Celui-ci permet de dégager les formes diverses de la performance, à la fois répétitives, ritualisées et en évolution, ainsi que la pertinence ou non d’une pratique aujourd’hui amplement récupérée, alimentant tant et plus l’économie du « spectacle ». Avec cette conséquence : l’apparition de modes parallèles, subversifs, violents parfois, au dessein contre-culturel : indigénisme latino-américain, anti-autoritarisme dans les états forts, actions de type « TAZ » (« Zone d’Autonomie Temporaire »). Un inventaire plus varié qu’il n’y paraît.

Pour lire l’intégralité du texte, cliquer ici

Advertisements

Frontières, par Paul Ardenne

noto-07_1ere-couv_hd

Lire le texte, ici.

MOTOPOETIQUE dans Art Press

Moto 1 -1

Moto 1 -2

Moto 1 -3

Moto 1 -4

Demain soir ! Video Forever 15 *Fantômes*

© Pierre Mazingarbe, Ce qui me fait prendre le train, 2013

Video Forever 15 *Fantômes*
Jeudi 6 Février, 19h
Studio Frank Perrin
22 rue Visconti – 75007 Paris
code porte : “P”

Avec les vidéos de Elisabetta Benassi, Andrea Cera, Leo Cheynet, Giulio Delvè, Niklas Goldbach, Mina Kallinnen, Ali Kazma, Pierre Mazingarbe, Laurent Pernot, Fernando Prats, Niina Suominen & more

La question centrale : celle de la hantise. La réponse centrale mariée à cette question : par quoi sommes-nous hantés ? De quoi, de qui sommes-nous la hantise ?

L’être n’existe que hanté – parcouru par d’autres êtres, les fantômes. Impossible d’échapper à la hantise. Nous avons nos souvenirs, nous avons nos morts, nous avons nos remords, nos regrets. Nous avons même notre avenir. Rien de tout cela, nous ne l’avons vraiment à nous. Qu’est-ce que le “fantôme”, comme l’enseigne l’étymologie du mot, phantasma en grec, fantosma en latin tardif : ce que nous ne possédons pas de notre vie vécue ou rêvée. Ce que nous avons perdu ou que nous ne sommes pas sûrs de posséder jamais. Un fantasme qui s’incarne dans une représentation de l’ “infravie”. Le moi, c’est la vie. Le fantôme, c’est l’infravie. On vit autant de la vie que de l’infravie. De la vie, parce qu’il nous faut affronter le réel pour avoir une chance d’y survivre. De l’infravie, parce que la vie que nous menons enregistre de facto des pertes, des défaites, des manquements, de l’impossession. Être possédé par le fantôme est à la mesure de l’impossession dont notre corps vivant est la mesure.

Paul Ardenne

Remerciements : AV-arkki, Helsinki ; Magazzino, Roma ; Albertine de Galbert ; Le Fresnoy ; Galeria Joan Prats, Barcelona ; Galerie Odile Ouizeman, Paris ; Supportico Lopez, Berlin

Image

Jacques Coulais Pictor Maximus Jeudi 30 janvier, conférence de Paul Ardenne au Musée d’Agesci

Jacques Coulais - Rencontre avec Barbara Polla et Conférence de Paul Ardenne

Vidéophiles, Save the dates !

Capture d’écran 2014-01-20 à 15.57.26
Pierre Mazingarbe, Ce qui me fait prendre le train, 2013
Pierre Mazingarbe lauréat du prix Analix Forever 2012

La prochaine session de VIDEOFOREVER aura lieu le jeudi 6 février à 19h au 22 Visconti, chez Frank Perrin, sur le thème des Fantômes

Et nous avons aussi le plaisir de vous annoncer une session à Helsinki, le mercredi 2 avril et une session à Chamarande, à l’approche de l’été (date à préciser)

Et les deux précédentes sessions seront bientôt online, stay tuned !

Video Forever Edition 14 : Les paysages sont aussi intérieurs

courtesy Mat Collishaw / Ron Arad, Sordid Earth, 2011

Video Forever 14 avec Paul Ardenne
*Les Paysages sont aussi intérieurs*
Musée de la Chasse et de la Nature

Mercredi 18 Décembre, 19h
62 Rue des Archives – 75003 Paris

Avec des vidéos de

Andreas Angelidakis, Mat Collishaw, Leslie Deere, mounir fatmi, Niklas Goldbach, Frank Perrin, Fernando Prats & more

Les paysages qui nous entourent, les paysages extérieurs, leurs représentations et manipulations par les artistes modulent continuellement nos perceptions, nos visions, nos “paysages intérieurs” ; de la même manière, nos propres paysages intérieurs, tels que nous les construisons par assemblages d’images stockées, ou tels que les artistes nous les évoquent, continuellement modulent notre perception des paysages extérieurs. Cette manière dont les paysages deviennent presqu’automatiquement intérieurs, dans un aller retour constant, fera l’objet de cette séance.

Pour cette dernière séance de l’année 2013, et la troisième au Musée de la Chasse et de la Nature, nous vous proposons également un moment festif, à la fin de la séance.